« Moi aussi, je ne te parle plus », lui répond Angela. - Non, répond-elle, je suis une femme." Après cela, Émile s'énerve sur sa partenaire parce qu’elle a laissé le savon ramollir. L'histoire : celle d'Angela qui veut un enfant. Les livres jouent alors un rôle extradiégétique, à l’instar des cartons qu’ils parodient. Un très bon Godard, un exercice de style brillant et original. Mais plus particulièrement, dans cette scène de ménage, certains livres surgissent dans l’axe optique de la caméra (c’est le cas de « Monstre », à la différence de « Filou ») – comme adressés, donc, directement au public de l’autre côté de l’écran. CGU | Rassemblés (et invisibles) dans l’image, l’homme et la femme sont une nouvelle fois séparés par le son, puisque les mots prononcés échouent encore à faire dialogue. Au paradoxe du langage répond le paradoxe de la situation : les personnages tombent tous les deux d’accord sur leur désaccord et n’ont jamais semblé aussi unis. Publicité | C’est, évidemment, le cas de tout (le) film, Une femme est une femme n’hésitant d’ailleurs pas à briser la convention de la séparation entre monde du film et spectateurs lorsque Karina et Brialy interrompent leur tirade pour saluer le public. C’est Angela qui rallume la lumière et la première, recourt au livre pour insulter son partenaire sans prononcer un son (« Monstre »). Il en résultait ce qu’on peut appeler un halo verbal non transcrit. Title: une femme est une femme (A Woman Is a Woman). Le ton monte et Émile continue à exposer ses reproches à sa compagne, mais il se brosse les dents en même temps : on le voit et l’entend parler, mais ses mots sont incompréhensibles. Au début, les deux personnages se tenaient à l’écart l’un de l’autre, et tout en prétendant ignorer leur partenaire, chacun s’attachait à produire des bruits qui envahissent l’espace de l’autre pour lui signifier son hostilité. Bien qu’Émile lui parle lui aussi, il ne répond pas à son interpellation, puisqu’il se borne à demander à Angela de se taire (« Dors », avant de l’interrompre d’un définitif : « On a dit qu’on s’parlait plus »). France - Italie Réalisé par Jean-Luc Godard 1h25 avec Anna Karina, Jean-Claude Brialy, Jean-Paul Belmondo. Cruella, Hitman & Bodyguard 2, Mon grand-père et moi, Suivre son activité Si l’image vue coïncide avec le son entendu, elle le dénonce dans le même temps comme inutile, puisqu’elle montre Angela occupée à rien, n’ayant d’autre but que de manifester son agacement et énerver Émile. (1) Que ce soit l’un ou l’autre, il vient souligner, de manière triviale, la discorde dans le couple. Préférences cookies | "Angela, tu es infâme. Meilleurs films Comédie en 1961. de « Non, on ne se parle plus », confirme Angela. Dans la suite de la scène, les deux personnages apparaissent dans le même plan, pour la première fois, et engagent le dialogue – autre première dans cette scène. Cette dispute livresque rappelle l’usage des cartons des premiers temps du cinéma, qui donnaient à lire au spectateur les parties essentielles de dialogues qu’il ne pouvait forcément pas entendre, les films étant muets. Pour découvrir d'autres films : Le décalage que le film opère dans ces relations génère l’effet comique de la scène, en même temps qu’il offre une expérience de cinéma déroutante pour le spectateur d’aujourd’hui comme pour celui d’hier. 90 abonnés Seigneur des Anneaux : saviez-vous que les Beatles avaient failli aller en Terre du Milieu ? Angela qui aime Émile refuse Alfred mais fait croire à Émile qu'Alfred lui fait perdre la tête... Je parlais de lui récemment, et bien voilà qu’il montre son nez. Synopsis : "Angela, tu es infâme. 37 abonnés Une femme est une femme. After Angela and Émile reconcile so that he has a chance to be a father to the child. ... Quand je lis les critiques, j'ai l'impression qu'elles sont bonnes uniquement parce que le cinéaste porte le nom de Godard. « Je ne te parle plus », dit Émile. Il y a de l’orage dans l’air. Troisième long-métrage de Godard, Une femme est une femme (1961) est l’un des films emblématiques, quoique généralement classé comme mineur, de la Nouvelle Vague. Montrant la mésentente entre les deux protagonistes, cette scène, longue de quelque 4 minutes 30 sur un film de 84 minutes, propose un ensemble de variations sur les rapports entre entendu et montré, entre dit et entendu, entre dit et montré, entre dit et tu. The couple is put at out odds against each other, at point in the film the two don’t talk to each other, instead speak by showing one another title’s from books found on their shelves. La scène est en effet saturée de sons acousmatiques.